Mode d’emploi 

Classement des lignes :

Pour une meilleure lisibilité, nous avons choisi de découper l’hexagone en cinq (!) grandes zones, et à l’intérieur de ces zones, de classer les lignes disparues :

> par régions administratives - telles que du moins elles existaient jusqu’en 2015 - pour le réseau principal (celui des sept grandes compagnies qui formeront la SNCF en 1938) ainsi que, pour les régions du nord et de l’est, les réseaux militaires.

> par départements pour les réseaux secondaires, en général à voie métrique. NB : les lignes secondaires à voie autre que métrique (par exemple à voie normale ou de 0,60 m) sont indiquées explicitement.

Les lignes trans-régionales sont classées dans la région « kilométriquement » la plus concernée (de même pour les départements).

Si vous avez un doute sur le nom d’une ligne, ou sur la région ou le département où la chercher, vous pouvez utiliser le module « recherche », par exemple en tapant simplement un nom de gare.

Types de ligne représentés :

A priori nous avons cherché à retracer l’ensemble du réseau physiquement disparu (lignes déferrées) ou en sursis (lignes désaffectées), mais aussi les lignes inachevées, voire simplement projetées. Evidemment pour ces dernières, il est bien rare de pouvoir en retrouver le tracé précis !

A priori, sauf oubli, l’ensemble des lignes ayant assuré a minima le transport de voyageurs est aujourd’hui retracé et disponible sur le site. En fonction des informations dont nous disposons, nous travaillons maintenant sur les autres réseaux, principalement les réseaux militaires, mais aussi industriels, miniers, portuaires, agricoles etc. Concernant les réseaux urbains, seuls quelques-uns ont été retracés, mais on en trouve d’excellents plans dans la littérature.

Chaque ligne fait l’objet :

> d’un rappel très succinct de ses principales caractéristiques : kilométrage, gares, années d’ouverture et de fermeture. NB : ces informations sont données à titre indicatif. Elles sont généralement issues de la Géographie des chemins de fer français, mais également du numéro spécial de la revue Historail consacré aux fermetures de lignes, ainsi que de Wikipédia ou d’autres sites Internet.,

> de liens permettant d’accéder aux lignes disparues en correspondance (correspondance théorique, pas nécessairement effective),

> d’une représentation cartographique sur fonds OpenStreetMap, avec possibilité de zoomer,

> de liens qui nous semblent particulièrement intéressants, et de photos.

Enfin l’ensemble du réseau fait l’objet d’une CARTE GENERALE sur fond cartographique ou photographique IGN (pour la légende, voir cette rubrique).

Origine des tracés :

Sauf mention contraire, les tracés présentés sur ce site ont été reconnus par Jean Randé.
NB : dans le sud-ouest et dans le nord-est, de nombreux tracés ont été transmis par d’autres internautes, notamment Fabrice Hespert pour le sud-ouest et Yves Zwartjes pour le nord-est et de nombreux réseaux militaires, travaillant dans le même esprit et avec la même rigueur (voir la rubrique Crédits). Les tracés signalés par une astérisque * n’ont pas été revérifiés et n’engagent donc que leur auteur.
Dans tous les cas, n’hésitez pas à nous signaler les erreurs que vous pourriez relever !

© 2013 - 2019 - Jean Randé  - Francois Librini